LA FEMME SANS TÊTE NE S’ENTÊTE PAS

Être une âme incarnée dans un corps humain impose des contraintes. Les mammifères terrestres mettent un point d’honneur à disperser leur odeur sous forme discrète d’extrait glandulaire en frottant les babines contre n’importe quoi, en urinant sur ?

 

Chaque matin elle procédait méticuleusement à sa toilette.
Elle parcourait d’une main ensavonnée les épaules rondes, les aisselles odorantes, les bras dodus, puis voluptueusement effleurait la poitrine tétons en alerte, caressait le ventre rebondit d’enfants passés, frottait énergiquement le dos à l’aide d’une brosse en crin, s’alanguissait sur la croupe, caressait les cuisses, s’éternisait longuement en l’entre jambe, oubliait les mollets et finissait en massage des pieds à l’aide d’un baume sableux propre à rendre la peau douce à ses plantes rugueuses.

Se relevant, elle ne vit aucun visage dans le miroir.

Elle songea : la figure fut traitée hier bien plus longuement que les pieds, pommades et maquillages.
Demain, je me consacre aux cheveux.

La femme sans corps me conviendra alors mieux.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *