Le chat, incarnation de notre propre sagesse

Prendre le risque d’adopter une autre espèce que la notre c’est mettre au défit notre compréhension limitée aux mots et passer au langage universel.

 

Ma Mia dort pattes serrées au fond du panier tout enjolivé par ses poils, enfermée dans ses rêves de chatte, tranquille, vie rythmée par l’éveil des parents nourriciers et des câlins qui suivent.
Quand vous adoptez un chaton songez que votre vie ne sera plus la même.
Je cauchemarde : je n’arrive pas à nourrir le bébé chat qui dépérit, mettant en évidence que je suis une mauvaise mère incapable de nourrir qui que ce soit.

Et au matin, ma Mia me rassure en me léchant les pieds.

Aucun de mes enfants n’a jamais fait de même et pourtant je les ai bien nourri mais sans doute pas à l’identique de ce que j’ai pu donner à Mia qui n’a pas demandé beaucoup mais a rendu au centuple.

L’être humain est si complexe que lorsqu’il se réincarne en chat il patauge et met des années avant d’appréhender l’idée de sagesse, c’est bien le problème.

Ne vous étonnez point du regard que vos animaux jettent sur vous, le jugement des dieux est en leurs yeux et c’est aussi pourquoi ils vous pardonnent vos bassesses.

 

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *