Mercredi 5 Août 1914

Je suis toujours de garde. Ce matin, le capitaine CACOT, qui est un très brave homme, type du père de famille, nous a réparti en sections et escouades. Avec le lieutenant DE KERGARIOU, très gentil garçon, et peu fier malgré sa noblesse, je me suis fait composer une escouade d’arrimeurs entièrement de camarades dévoués. Nous sommes tous enchantés de nous trouver encore ensemble. Cela contribue fortement à nous faire envisager la guerre avec sang-froid et même avec insouciance.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *