TOUL : Vendredi 31 Juillet 1914

A 2 heures du matin, le sergent BERNIER vient nous réveiller à la caserne de la Justice du 10ème génie, nous annonçant qu’il y a exercice de mobilisation. Nous nous habillons rapidement en plaisantant sur la situation politique actuelle et descendons en tenue de campagne à la caserne MARCHAL. Nous y passons la journée à toucher notre collection de guerre. Nous ne nous doutons pas de la gravité des événements et lorsque, vers 5 heures et demi, au moment où nous allons remonter à la Justice chercher notre linge et les affaires que nous y avions laissées, la « générale » sonne. Nous avons un moment de stupeur et d’affolement. Cette sonnerie nous serre le cœur et beaucoup de camarades sont tristes et retiennent difficilement leurs larmes. Je les remonte de mon mieux. Nous sommes persuadés que la guerre est déclarée et une angoisse à laquelle nous ne pouvons résister nous étreint tous. En un clin d’œil, nous nous rassemblons en tenue de campagne. On nous distribue des paquets de cartouches et des pansements, et notre livret individuel. Puis nous formons les faisceaux et allons nous coucher, tout équipés sur les lits trop peu nombreux.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *