LE TIROIR

J’avais mal rangé mon tiroir
C’était un tel fourbis
Des chansons, des histoires
Des peluches, des bébés en vie
Des petits enfants interdits
Et une écrevisse aussi
Bien encastrée dans le gourbi
Le tiroir vira au rouge
J’épongeai la couleur
Le docteur dit : personne ne bouge
J’ouvre le tiroir en pleurs !
Il récure et extirpe le crustacé
Et sa fureur
Tiroir ouvert, en profita
Un ibis rose qui s’envola loin là bas…

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *