Chez nous c’est ici, chez eux c’est là bas !

Histoire vécue : quand le « Là bas » de l’autre se trouve à deux pas.

Vers midi je suis sortie afin de faire quelques emplettes au magasin du coin. La place était ronde, il fallait forcément que je passe devant le café Corse, puis la petite boutique d’assurance. La porte de cette dernière était fracassée, des morceaux de verre jonchaient le trottoir où des enfants passaient et auraient pu se blesser. Je revins sur mes pas, franchis la porte du restaurant et demandais au patron : « Avez-vous signalé l’effraction du bureau d’assurance, juste à côté de chez vous ? »
Non !
Les bris de verre sont dangereux, pourriez-vous me donner un numéro pour les appeler ou contacter la police ?
Non, chez nous c’est ICI, chez eux c’est LA BAS.

Les habitués me fixaient d’un œil mauvais. Ils se dirent : Mais de quoi se mêle-t-elle cette ménagère ? Et moi je songeais : C’est qui ces français qui marquent leur territoire en cette banlieue qui accueillent depuis des années des colonies de maliens et de roumains ? Je croisais une voiture policière et la stoppais de la main : « Bonjour, je vous signale une effraction à deux pas » Eux : « Nous sommes au courant, merci Madame » Moi : « Mais la porte est ouverte et le verre est… pour les enfants qui passent et le risque de…. » Ils démarrèrent en trombe.

Ce soir, je ne descendrai pas la côte afin de constater si l’on a retiré les morceaux de verre et colmaté la porte, cet assureur est bien placé pour se faire rembourser.

Après tout, en haut de la colline c’est chez moi et en bas c’est chez eux et puis Basta !

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *